lundi 27 avril 2015

ZITA DE LUCQUES

Laïque, Sainte - 1218-1278
27 avril

Sainte Zita naquit vers 1218, aux environs de Lucques, dans le village de Bozzanello, situé sur le mont Sagrati. Ses parents étaient de pauvres et pieux laboureurs qui l’éduquèrent selon cette simple proposition : « ceci plaît à Dieu, ceci déplaît à Dieu. »
Lorsqu’elle eut douze ans, son père l’envoyait régulièrement vendre des fruits à Lucques ; sa gentillesse lui attira un clientèle bienveillante et fidèle dont la famille des Fatinelli qui était une des plus riches de Lucques. Zita avait dix-huit ans quand les Fatinelli proposèrent de la prendre à leur service. Les parents éprouvèrent un vif chagrin en pensant qu'ils devaient se séparer de leur fille, mais ils voyaient dans cette offre de précieux avantages pour elle et un soulagement pour leurs vieux ans. Ils acceptèrent, non sans appréhension pour les dangers que pouvait entraîner cette nouvelle situation. Jusque là, ils avaient veillé sur Zita avec une pieuse attention ; d'autre part, la solitude et le calme de la vie champêtre, le spectacle de la belle nature, des arbres et des fleurs contribuaient à ramener doucement l'âme à la pensée de Dieu : qu'adviendrait-il à la servante de grande maison quand ces moyens lui manqueraient et seraient remplacés par le tumulte et le mouvement de la ville ? Les maîtres étaient bons chrétiens, mais ils n'exerceraient pas la vigilance délicate que dicte l'amour du père et de la mère ; d'autre part, il y aurait là d'autres domestiques qui pourraient cesser d'être bienveillants et même aller jusqu'à tendre des pièges à l'innocence de la pauvre fille. Les pieux parents étaient d’autant plus dans l'angoisse qu’ils savaient que notre existence ici-bas ne peut pas s'écouler tout entière a l'abri des épreuves. Les parents de Zita pleurèrent beaucoup en faisant toutes ces considérations ; ils prièrent encore davantage pour ne pas laisser sans ressources la chère enfant quand elle aurait quitté la maison paternelle pour suivre les voies de la Providence.
Zita apprit dans sa nouvelle position à devenir plus charitable qu'elle ne l’avait été jusque-là, car elle découvrit la misère des mendiants qui venaient chaque semaine recevoir une aumône dans la maison de ses maîtres ; son cœur fut ému d'une profonde compassion, et elle voulut contribuer à les soulager. Souvent, elle était choisie comme intermédiaire pour leur transmettre les dons de la dame Fatinelli ; cela ne lui suffisait pas, car si sa main portait l'aumône, ce n'était pas elle qui donnait, ce n'était pas le fruit de son épargne ou de ses privations. Elle pensa pouvoir faire davantage ; elle avait l’habitude de jeûner pendant le Carême, elle crut que le jeûne de toute l'année ne la fatiguerait pas davantage. Elle s'imposa donc la privation de tout autre aliment qu'un morceau de pain chaque matin et réserva les autres aliments qui lui étaient donnés pour les joindre aux autres aurnônes qu'elle était chargée de distribuer au nom de sa maîtresse. Quand elle vovait de pauvres familles dont les vêtements étaient déchirés et dont les membres grelottaient de froid, elle les conduisait dans sa chambre, les faisait reposer dans son lit, pendant qu'elle s'étendait sur le carreau à leurs pieds.
Elle était d'ailleurs la plus exacte, la plus assidue et surtout la plus fidèle dans tous les devoirs de son service. Elle n'avait demandé à sa maîtresse qu'une seule faveur : aller tous les matins dans l'église la plus proche. Elle prélevait le temps de sa prière sur son sommeil et non sur son ouvrage. Avant le lever du soleil, elle élevait son âme à Dieu, et lui offrait comme autant de moyens de sanctification toutes les occupations de la journée qui commençait. Un jour, pendant une de ses ferventes oraisons, le temps s'écoula de telle sorte qu'au moment où elle quittait l’église, le soleil déjà haut au-dessus de l'horizon lui rappela qu'elle avait dépassé l'heure où elle devait faire un ouvrage indispensable : c’était la préparation (ou la fourniture) du pain nécessaire à toute la maison. Elle se hâta de gagner le logis, se reprochant intérieurement la négligence de son devoir : quand elle arriva, elle trouva toute la pâte préparée et le feu allumé. Elle était convaincue qu'une autre servante, désireuse de lui épargner une réprimande, avait voulu faire sa besogne en son absence, mais quand elle tenta de trouver à qui adresser ses remerciements, personne ne sut ce qu'elle voulait dire, car personne n'avait songé à lui rendre ce service. Dans la simplicité de son cœur, elle en conclut que Dieu avait accordé cette faveur à sa servante qui avait tout oublié pour lui.
Cependant, cette grande perfection de Zita qui aurait dû lui gagner tous les cœurs, suscita plus d'un murmure et beaucoup de jalousie autour d'elle ; plusieurs de ses compagnes enviaient l'affection que la dame Fatinelli témoignait à cette fille ; elles s'impatientaient d'entendre qu'on la leur présentait toujours comme un modèle. Elles lui cherchaient querelle, tâchaient de la surprendre en défaut, et, n'y pouvant parvenir, elles dénaturaient ses actions, ses propos, la dénonçaient à leur maîtresse. Quand la dame Fatinelli descendait au milieu de ses serviteurs, et, en conséquence de ces délations, adressait d'injustes reproches à Zita, cellc-ci pensait dans son humilité que ses compagnes agissaient uniquement avec l'intention sincère de la corriger de ses défauts. Elle était toujours prête à se reconnaître coupable de tout ce dont on l'accusait ; dès qu'elle connaissait ses dénonciateurs, elle courait les embrasser avec une effusion ravissante de larmes et de remerciements. Cet esprit de charité et de douceur avait pris en elle un caractère vraiment angélique ; la paix du Seigneur, la paix des âmes, la paix de l'amour en Jésus-Christ finit par triompher de toutes les vexations. Elle régna sans conteste dans l'heureuse maison des Fatinelli.
Une nuit de Noël, qu'il faisait extrêmement froid, Zite se disposait à se rendre à Matines. Son maître lui dit : « Comment cours-tu à l'église par un temps si froid, que nous pouvons à peine nous en défendre ici avec tous nos vêtements ? Toi surtout, épuisée par le jeûne, vêtue si pauvrement, et qui vas s'asseoir sur un pavé de marbre ? Ou bien reste ici pour vaquer à tes saintes oraisons, ou bien prends sur tes épaules mon manteau à fourrures pour te garantir du froid. » Zita, ne voulant pas manquer à un office aussi solennel, s’en allait avec le manteau, lorsque le maître lui dit, comme pressentant ce qui allait arriver : « Prends garde, Zita, que tu ne laisses le manteau à un autre, de peur que, s'il est perdu, je n'en souffre du préjudice, et toi, de rosses fâcheries de ma part. » Elle lui répondit : « Ne craignez pas, monsieur, votre manteau vous sera bien gardé. » Entrée dans l'église, elle aperçut un pauvre demi-nu, qui murmurait tout bas, et qui grelottait de froid ; émue de compassion, Zita s'approcha et lui dit : « Qu'avez-vous, mon frère, et de quoi vous plaignez-vous ? » Lui, la regardant d'un visage placide, tendit la main et toucha le manteau en question. Aussitôt Zita l'ôta de ses paules, en revêtit le pauvre et lui dit : « Tenez cette pelisse, mon frère, jusqu'à la fin de l'office, et vous me la rendrez; n'allez nulle part, car je vous mènerai à la maison et vous chaufferai près du feu. » Cela dit, elle alla se mettre à l'endroit où elle priait d'ordinaire. Après l'office, et quand tout le monde fut sorti, elle chercha le pauvre partout, au dedans et au dehors de l’église, mais ne le trouva nulle part. Elle se disait en elle-même : « Où peut-il être allé ? Je crains que quelqu'un ne lui ait pris le manteau, et que, de honte, il n'ose se présenter à mes yeux. Il paraissait assez honnête, et je ne crois pas qu'il ait voulu attraper le manteau et s'enfuir. » C'est ainsi qu’elle excusait pieusement le pauvre. Mais enfin, ne l'ayant pu trouver, elle revenait un peu honteuse, espérant toujours néanmoins que Dieu apaiserait son maître, ou inspirerait au pauvre de rapporter le manteau. Quand elle fut de retour à la maison, le maître lui dit des paroles très-dures, lui fit de vifs reproches. Elle ne répondit rien, mais, lui recommandant d'espérer, elle lui raconta comment la chose s'était passée. Il entrevit bien comment la chose s'était passée, mais ne laissa pas de murmurer jusqu'au dîner. A la troisième heure, voilà sur l'escalier de la maison un pauvre qui charmait tous les spectateurs par sa bonne mine, et qui, portant le manteau dans ses bras, le rendit à Zita, en la remerciant du bien qu'elle lui avait fait. Le maître voyait et entendait le pauvre. Il commençait, ainsi que Zita, à lui adresser la parole, lorsqu'il disparut comme un éclair, laissant dans leurs cœurs une joie inconnue et ineffable, qui les ravit longtemps d'admiration. On a cru que ce vieillard était un ange;  c'est pourquoi la porte de l’église où elle rencontra le pauvre au manteau a été depuis appelée la porte de l'Ange.
Chaque vendredi elle allait en pèlerinage à San-Angelo in Monte, à deux lieues de Lucques ; un jour qu'elle avait été retenue par les travaux de la maison plus que d'ordinaire, elle fut surprise par la nuit. Un cavalier qui suivait le même chemin lui prédit qu'elle périrait dans les précipices si elle continuait à marcher au milieu des ténèbres ; mais quand il arriva, il fut bien saisi de trouver à la porte de l'église celle qu'il croyait avoir laissé loin derrière lui.
Sainte Zita avait un grand amour pour sainte Marie-Madeleine et pour saint Jean l'Evangéliste ; une veille de fête de la première, elle voulut aller faire brûler un cierge devant son autel dans une église assez éloignée de Lucques. Elle arriva tard et trouva les portes fermées ; elle alluma son cierge, se mit à genoux et s'endormit. La nuit, un orage terrible s'éleva, la pluie tomba par torrents, et la Sainte reposait ; quand elle se réveilla, les rues étaient couvertes d'eau, mais elle n'avait pas même été touchée par une goutte de pluie, et son cierge brûlait encore. Les portes alors s'ouvrirent devant elle, et quand le curé arriva pour dire la messe, il trouva la Sainte en prières dans cette église qui n'avait pas été ouverte depuis la veille au soir.
Les maîtres auraient voulu traiter Zita plutôt en amie qu'en servante, et la décharger des travaux pénibles de la maison. Son humilité ne le permit jamais ; elle conserva jusque dans un âge avancé toutes les habitudes laborieuses de sa jeunesse. En avançant en âge, elle ne relâcha rien de ses pratiques de mortification. Ses dernières années se passèrent dans une prière et une extase presque continuelles. Elle arriva ainsi jusqu'a l’heure marquée par Dieu pour la récompense de son dévoûment et de sa foi. La maladie dont elle fut atteinte ne dura que cinq jours ; Zita s'était mise au lit avec une petite fièvre, mais elle annonca que sa fin était proche. De fait, la fièvre s'accrût rapidement, les douleurs devinrent aiguës ; la figure de la malade resta pourtant calme et joyeuse. C'était l'indice du contentement intérieur qu'éprouve une âme quand elle va vers Dieu. Autour du lit se pressaient tous les serviteurs de la maison ; on y voyait aussi de nombreux voisins qui, depuis de longues années, avaient appris à vénérer cette humble servante. En leur présence, Zita reçut le saint viatique et l'extrême-onction avec une tendresse inexprimable. Jésus qui venait reposer sur ses lèvres mourantes possédait depuis longtemps la plénitude de son cœur. L'heure de la mort fut donc pour cette humble fille l'heure d'une réunion p]us intime avec son Dieu ; elle fut saluée par un joyeux Hosanna dans le séjour des bienheureux. Aussitôt qu'elle eut rendu le dernier soupir, une étoile brillante parut au-dessus de la maison où reposait son corps, et les enfants se mirent à crier dans les rues : « la Sainte est morte, allons voir la Sainte dans la maison de Fatinelli. » Toute la ville vint rendre hommage à la vertu de l'honorable servante que Dieu venait de glorifier en la rappelant à lui.
Ainsi la vie la plus humble, la plus cachée, quand elle s'écoule avec l'amour de Dieu, égale en splendeur véritable la vie de tous les rois et de tous les puissants de la terre. Zita mourut le 27 avril 1278. Les miracles se multiplièrent tant au tombeau de Zita que, quatre ans après sa mort, l'évêque de Lucques permit de lui rendre un culte public qui se répandit rapidement en Italie, en Espagne, en Angleterre et dans toute l'Europe. Il y eut par trois fois, en 1446, en 1581 et en 1652, ouverture de son cercueil où le corps fut trouvé parfaitement intact, dans un état de parfaite conservation. Il est enchâssé et gardé avec beaucoup de respect dans l'église Saint-Fridien. Zita a été canonisée par lnnocent XII en 1696. Elle est la patronne de Lucques ; les servantes et les femmes de charge l'invoquent comme leur spéciale protectrice. De la chaumière du mont Sagrati, qui avait abrité le berceau de l'humble Sainte, on a fait une chapelle qui lui est dédiée.
On donne pour attributs à sainte Zita un trousseau de clefs suspendu à sa ceinture et une cruche : les clefs rappellent qu'elle fut investie de la confiance de ses maîtres, et la cruche, le miracle qu'elle fit de changer l'eau en vin au bénéfice des pauvres. On montre encore à Lucques le puits où elle prit de l'eau pour faire ce miracle. On l'a aussi représentée debout devant les portes de la ville, et la sainte Vierge venant lui ouvrir le guichet. La miséricordieuse Marie dut rendre ce service à sa servante un soir que celle-ci s'était attardée à ses bonnes œuvres. Une vieille gravure allemande la représente sous les traits d'une jeune fille accorte, revêtant le vieillard de la pelisse de son maître.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire