vendredi 24 avril 2015

PIERRE CHANEL

Prêtre, Martyr, Saint
(1803-1841) Patron de l’Océanie
28 avril

Pierre-Louis-Marie Chanel naquit le 12 juillet 1803, à la ferme de la Potière, à Cuet, hameau de la commune de Montrevel-en-Bresse, dans le département de l'Ain. Il était le cinquième d'une famille de huit enfants. Ses parents, Claude-François Chanel et Marie-Anne Sibellas, étaient des fermiers. Aussi, dès l'âge de sept ans, Pierre fut-il employé comme berger. Cela dura cinq ans. Il allait aussi à l'école de Saint-Didier-d'Aussiat où résidait l'abbé Camus qui recevait régulièrement le Père Trompier, curé de Cras-sur-Reyssouze. Le Père Trompier, proposa à Pierre de l'emmener avec lui, pour servir la messe et étudier à l'école de Cras. Pierre  arriva à Cras à l'automne 1814.
Pierre Chanel fit sa première communion le 23 mars 1817. C'est à cette époque, grâce à la lecture des lettres des missionnaires envoyées par Mgr Dubourg de retour d'Amérique, que Pierre se passionna pour les missions lointaines. Plus tard il dira: "C'est l'année où je formai le dessein d'aller dans les missions lointaines." Pierre Chanel quitta Cras, où il s'était montré un élève particulièrement brillant, en 1820, et entra au petit séminaire de Meximieux, commune du département de l'Ain, où il resta jusqu'en 1823 avant d'entrer au grand séminaire de Brou, complexe religieux situé à Bourg-en-Bresse dans l'Ain. Là, Pierre Chanel poursuivit ses études de théologie.
Le 15 juillet 1823 Pierre fut ordonné prêtre et nommé vicaire à Ambérieu-en-Bugey, puis curé de Croset. Mais Pierre Chanel, souhaitait une vie plus parfaite. Aussi, aimant beaucoup la Vierge Marie, et sa devise étant: "Aimer Marie, et la faire aimer", Pierre entra-t-il dans la Société de Marie en 1831. Cette congrégation cléricale, à vœux simples et de droit pontifical, avait été fondée en 1822, par Jean-Claude-Marie Colin; elle sera officiellement approuvée en 1836, par le pape Grégoire XVI. Notre Pierre enseigna pendant cinq ans au petit séminaire de Belley. Mais, intérieurement, il désirait toujours partir en mission aux États-Unis. Cependant, on lui demanda d'exercer tour à tour les fonctions de professeur de 6e, puis de directeur spirituel, d'économe, et enfin de vice-supérieur de la maison jusqu'en 1836.
À la même époque, le pape Grégoire XVI, qui souhaitait envoyer des missionnaires en Océanie, confia cette mission à la jeune Société de Marie. Aussitôt, Pierre Chanel se porta volontaire, et, le 24 décembre 1836, il s'embarquait au Havre, en compagnie de Mgr Pompallier, vicaire de l'Océanie occidentale. Après un voyage de dix mois, lui et ses deux compagnons arrivaient enfin à l'île de Futuna où ils s'installèrent. Pierre put dire sa première messe à Futuna le 8 décembre 1837. Quant à Mgr Pompallier, il dut continuer son voyage jusqu'à la Nouvelle Zélande.
Je vais maintenant vous raconter ce qui se passa à Futuna pour nos trois missionnaires. Pendant les deux premières années, tout alla bien: hébergés par le roi local Niuliki, nos trois missionnaires apprenaient la langue du pays et baptisaient les enfants mourants. Pierre, dès qu'il se sentit capable de prêcher, commença son travail d'évangélisation. Il lutta vivement contre l'anthropophagie toujours en vigueur chez les autochtones, et tenta de s'opposer aux guerres fratricides. On le surnomma bientôt "l'homme à l'excellent cœur". De plus, il rendait de très nombreux services aux populations et  soignait les blessés, nombreux, en raison des guerres continuelles.
Malgré les nombreux obstacles rencontrés par les missionnaires, les conversions au christianisme de multipliaient. Naturellement, cela déplut au roi Niuliki, qui cessa de les héberger et leur coupa les vivres. Les persécutions commencèrent immédiatement… Réduits à la plus extrême pauvreté, les Pères durent aller jusqu'à manger leur chien. Menacé de mort, le Père Chanel répondit: "La religion est implantée dans l'île, elle ne s'y perdra point par ma mort, car elle n'est pas l'ouvrage des hommes, mais elle vient de Dieu."
Nous avons vu que les conversions s'étaient multipliées à Futuna; après que le roi Niuliki eût chassé les missionnaires, son fils, séduit par leurs enseignements, se convertit officiellement. Cette conversion exaspéra tellement Niuliki qu'il décida d'en finir avec cette religion. Aussi, le matin du 28 avril 1841, tandis que Pierre Chanel était seul, les deux autres missionnaires étaient déjà sortis, des hommes dirigés par le gendre du roi et armés de lances et de haches, arrivèrent-ils jusqu'à la maison des missionnaires. Ils pénétrèrent dans le jardin où se trouvait Pierre,  l'assommèrent à coups de bâtons et se livrèrent au pillage de la maison et du jardin. Puis, voyant que le Père Pierre respirait encore, Musumusu, le gendre du roi, l'acheva d'un coup de hache sur la nuque.
Cependant les autres missionnaires continuèrent sans relâche, à célébrer l'Eucharistie, à prier et à témoigner. Devant un tel courage, et avec l'action du Saint-Esprit les cœurs des habitants se laissèrent toucher? Les assassins du Père chanel et même Musu-Musu devinrent chrétiens. Curieusement, et comme pour exaucer les paroles du Père chanel qui avait déclaré que sa religion venait de Dieu, peu de temps après sa mort, presque tous les habitants de l'île de Futuna s'étaient convertis. Et la fille du roi Niuliki deviendra la première religieuse de l'île de Futuna. Une danse spéciale fut même créée par les habitants de Futuna afin de se souvenir du saint missionnaire qui leur avait apporté la bonne nouvelle de Jésus Ressuscité.
Le Père Pierre Chanel, fut béatifié comme martyr par le pape Léon XIII en 1889. Pie XII le canonisa le 13 juin 1954. Saint Pierre Chanel fut proclamé patron de l'Océanie.

Paulette Leblanc

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire