samedi 2 avril 2011

VILMOS APOR

Évêque, Bienheureux
1892-1945

2 avril

Vilmos Apor naît en 1892. Avant son épiscopat il mérite déjà, comme prêtre, le titre de "curé des pauvres". Nommé évêque de Györ par Pie XII en janvier 1941, il poursuit son service de charité: généreux bienfaiteur des indigents, il met sa voiture à disposition des pauvres. Quant à ses prêtres, ils peuvent venir le trouver n'importe quand et sans prévenir. Il reçoit souvent à déjeuner un groupe de séminaristes. En cette sombre période de la Seconde Guerre mondiale, défenseur des persécutés, il ne craint pas d'élever la voix pour stigmatiser au nom des principes évangéliques les injures et les violences perpétrées contre les minorités, en particulier contre la communauté juive. En juin 1944, 300.000 Juifs ont déjà été déportés. Grâce aux appels pressants du Pape Pie XII et peut-être aussi grâce à la protestation des ambassadeurs des nations neutres (Suisse, Suède, Portugal, Espagne) d'autres déportations sont évitées, au moins temporairement. De nouveaux dangers apparaissant, le Pape, pressé par l'ambassadeur des Etats-Unis, écrit le 26 octobre au Primat de Hongrie invitant les évêques et les fidèles à redoubler d'aide envers les victimes de la guerre sans tenir compte de leur race. C'est bien ce qu'a fait Mgr Vilmos Apor. Et quand arrivent les bombardements anglais, il s'affaire auprès des victimes.

Lorsque les Hongrois sont soi-disant "libérés" par les Rouges, Mgr Apor met son palais épiscopal à la disposition de ceux qui fuient ce nouveau fléau. Une centaine de femmes, notamment, trouve refuge dans les caves de l'évêché. Le Vendredi-Saint de l'année 1945, des jeunes femmes préparent une soupe pour les pauvres. Les Russes envahissent l'évêché. Mgr Apor désarme un officier, puis intervient quand la soldatesque s'en prend aux femmes. Il est blessé par un officier russe qui tire sur lui, volontairement, plusieurs coups de feu. Il meurt trois jours plus tard. Ainsi réalise-t-il sa "Pâque personnelle en passant du témoignage d'amour envers le Christ et de solidarité envers ses frères à la couronne de gloire promise au fidèle serviteur".

Sa tombe est longtemps l'objet d'une interdiction. Finalement son corps est transféré à la cathédrale. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire