mardi 5 avril 2011

PIERINA MOROSINI

Vierge laïque, Martyre, Bienheureuse
(1931-1957)

6 avril

Au début du synode sur les laïcs, le 4 octobre 1987, le Saint-Père béatifie trois jeunes laïcs martyrs, dont Pierina Morosini. Pierina (diminutif familier de Pierrette) naît en 1931 dans une petite ferme de Fiobbio di Albino, hameau d’une centaine d’âmes à une demie-heure de marche de la commune d’Albino, dans le diocèse de Bergame en Lombardie (Italie). Pierina est l’aînée d’une famille qui comptera 9 enfants. Son père est veilleur de nuit dans l’usine de filature d’Albino, appartenant à M. Milly Honeger, un protestant. Pour arrondir sa maigre paye, il cultive un petit lopin de terre et de bois. Sa femme, Sara, l’ange du foyer, met au premier plan l’éducation religieuse de ses enfants. Très bien préparée en famille, Pierina reçoit la confirmation à six ans et fait sa première communion à sept ans. Le père, malade, ayant été mis à pied par son patron, Pierina ne peut pas aller plus loin que l’école primaire malgré son désir et, ayant pris des leçons de couture, elle devient ouvrière tisseuse dans la filature de coton Honeger. (La région, à l’époque comporte beaucoup d’usines textiles.) Elle est respectée par ses compagnes dans ses convictions religieuses, ce qui n’est pas si courant à l’époque. Quand elle arrive devant sa machine à tisser, elle commence son travail par un signe de croix. C’est une bonne ouvrière, ponctuelle, aimable avec tous, peu bavarde, réservée. A l’heure de la pause, elle va prier. Elle assiste tous les jours à la messe de grand matin et communie. Si ses parents ou ses amies l’exhortent à dormir un peu plus, elle répond : « Je ne peux pas rester un seul jour sans communion. Sans Jésus dans le cœur, je ne peux pas vivre. Quand j’ai communié le matin, je n’ai plus de peur, je me sens forte. » Elle vit pauvrement car son salaire est le seul pour toute la maisonnée, hormis l’appoint que fournit sa mère en gardant d’autres enfants avec les siens. Son habit est toujours le même, à la maison comme à l’usine, en été comme en hiver : tablier noir, gros bas de laine tricotés par elle-même, sabots de bois. Dans la ferme familiale isolée au milieu des arbres, pas d’électricité ni d’eau courante.

Le grand événement qui marque sa vie est le pèlerinage à Rome en avril 1947 pour la béatification de Maria Goretti, la petite martyre de la pureté. Elle est choisie pour y aller comme déléguée de l’Action catholique des benjamines dont elle s’occupe. Depuis 1942, l’Action catholique a lancé une ‘‘croisade pour la pureté’’. Pour ce pèlerinage auquel elle tient malgré sa pauvreté, elle veut se mettre en fête. Elle troque son éternelle robe noire contre une blanche prêtée par sa tante et ses sabots contre une paire de souliers demandée à une amie. C’est une semaine entière de fête pour celle qui n’a jamais quitté sa région. A Rome, elle est enthousiasmée par les cérémonies et lorsqu’elle voit le Pape et assiste à la béatification, elle se croit au ciel. Elle dit à ses amies: « Comme je voudrais faire la mort de Maria Goretti ! » Elle le répétera souvent ensuite. Ses compagnes lui disent qu’elle est folle, mais elle répond : c’est un moyen d’aller plus vite au ciel. Elle sera exaucée dix ans plus tard…

Elle songe à la vie religieuse, mais on lui fait comprendre qu’il faut rester pour aider sa mère financièrement et pour l’éducation des plus jeunes. A l’occasion d’une hospitalisation pour deux accidents de travail, elle fait connaissance avec l’aumônier des Sœurs, le Père Luciano Mologni, capucin. Il devient son directeur de conscience et quand il sera muté à Bergame, elle ira le voir une fois par mois. Ayant découvert qu’elle ‘‘peut devenir une sainte sans devoir entrer au couvent’’ elle s’ouvre avec encore plus d’amour à la vie paroissiale, à l’Action catholique et à l’apostolat pour les vocations sacerdotales. Par exemple, elle quête de maison en maison des châtaignes pour les séminaristes pauvres. Elle fleurit l’église. Dans sa chambre, elle a mis un tableau de Maria Goretti avec un petite veilleuse. Entre les mains de son directeur, elle fait des vœux privés de pauvreté d’abord, puis de chasteté et d’obéissance.

Pour aller à l’usine, distante de 4km, il y a une demie-heure de chemin par un sentier muletier escarpé et le plus souvent solitaire. Un jour, des camarades provoquent un certain Julien Schena, chômeur de vingt ans, déjà connu par les gendarmes. Ils lui disent en voyant passer Piérina : « On te donnera 5000 lires si tu réussis à l’avoir. » A plusieurs reprises, il se poste sur son chemin et lui fait des avances qu’elle repousse fermement. Excédé, il finit un jour par la saisir par le bras. Elle se débat, mais il la jette à terre. Pierina saisit une pierre pour se défendre ; c’est lui qui s’en empare et la frappe avec. Elle lui dit : « Prend mon crucifix dans ma poche (de tablier). » Il s’en saisit mais le jette aussitôt. Il la frappe encore et la blesse à la tête tandis qu’elle lui dit : « Je te pardonne. » Puis, il la déflore sans pouvoir toutefois accomplir son acte entièrement. Il se sent comme impuissant et dira plus tard : « Elle était plus forte que moi. » De la force que donne l’Eucharistie et la grâce! Puis il la rejette de côté pour cacher son forfait, mais on l’a vu. Pierina a le crâne fracassé et le chapelet qu’elle disait en chemin encore à la main. On l’emmène inanimée, remuant seulement la tête de droite et de gauche. Deux jours après, elle meurt sans avoir repris connaissance. Immédiatement, un pèlerinage s’organise autour de la tombe de cette nouvelle Maria Goretti. Jean-Paul II, faisant allusion à ses marches à pieds quotidiennes, conclut poétiquement par ces mots : « Ses pas ne se sont pas arrêtés pour autant, ils continuent à indiquer un sentier lumineux pour tous ceux qui sont attirés par les combats évangéliques. » 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire