mardi 5 avril 2011

MICHEL RUA

Prêtre Salésien, Bienheureux
(1837-1910)

6 avril

Un matin de 1847, saint Jean Bosco distribue des médailles à des enfants accourus sur son passage. Un garçon d'une dizaine d'années, à l'air timide, se plante devant lui et tend la main. «Ah, c'est toi, Michel! Que veux-tu? – Une médaille... – Une médaille? Non. Bien mieux que cela. – Et quoi donc? – Tiens, prends!» Et ce disant, don Bosco tend sa main gauche ouverte mais vide, et de l'autre, appliquée perpendiculairement, il fait le geste de la couper en deux, pour en offrir la moitié. «Allons! Prends donc! Prends donc!» Prendre, mais quoi? La main demeure vide. Que veut-il dire? se demande l'enfant. Plusieurs années plus tard, don Bosco éclairera l'énigme: «Mon petit Michel, toi et moi, dans la vie nous partagerons toujours tout: douleurs, soucis, responsabilités, joies et le reste, tout le reste, seront en commun».
Michel Rua est né à Turin le 9 juin 1837, dernier de neuf enfants. Son père, Jean-Baptiste Rua, contrôleur à la Manufacture d'armes de Turin, décède le 2 août 1845. Veuve, Mme Rua garde son logement à l'intérieur de la Manufacture. Un dimanche de l'automne 1845, Michel pousse la porte du fameux patronage de don Bosco. Celui-ci s'approche, lui met quelques secondes la main sur la tête et le fixe étrangement. Michel est bientôt conquis par la bonté du jeune prêtre qui, providentiellement, l'accueille au patronage deux mois après la mort de son père. Ce patronage n'est pas banal: aucun propriétaire ne voulant de ces enfants trop bruyants, il erre de lieu en lieu. Don Bosco est l'objet de bien des critiques. Un jour, le chapelain de la Manufacture d'armes dit à Michel: «Comment? Tu ne sais pas que don Bosco est gravement atteint? – Pas possible; je l'ai encore croisé avant-hier. – Mais si, je te le dis, il est malade d'un mal dont on ne guérit que difficilement: c'est la tête qui est prise!» Un peu plus tard, le directeur de la Manufacture renchérit: «Pauvre don Bosco! Tu ne sais pas que la tête lui tourne?» Cinquante ans après, don Michel Rua avouera: «Si l'on m'avait dit cela de mon père, je n'aurais pas eu plus de chagrin».
Le 13 avril 1846, le patronage s'installe définitivement au Valdocco, dans la banlieue de Turin. Devant le développement de son oeuvre, don Bosco inaugure une méthode dont il ne se départira plus: faire émerger de la troupe des chefs capables de l'éclairer et de lui commander. Un jour de 1850, il demande à Michel: «Que comptes-tu faire l'année prochaine? – Entrer à la Manufacture pour aider maman qui s'est tant sacrifiée pour nous. – Cela ne te sourirait-il pas de poursuivre tes études pour devenir prêtre; qu'en dirais-tu? – Je dirais oui, tout de suite. Mais maman... qui sait? – Essaie de lui en parler: tu me diras ce qu'elle en pense». La réponse de cette mère chrétienne est claire: «Te voir prêtre, ce serait le plus grand bonheur de ma vie... Dis à don Bosco que je consens pour cette année, à titre d'essai». L'enfant court chez le prêtre pour lui annoncer cette bonne nouvelle. Don Bosco met la main sur l'épaule de Michel: dans son regard brille une immense espérance; dans les yeux de l'enfant se lit une joie indicible.

Acharnement sur des hiéroglyphes

Sous le contrôle de don Bosco, Michel poursuit ses études. Au début, une certaine nonchalance le dessert, mais bientôt il se reprend et le succès est total. En 1851, il perd son frère, Louis, puis, en 1853, un autre frère, Jean-Baptiste. «La prochaine fois, c'est à moi», dit-il à don Bosco. Mais le Saint lui prophétise cinquante ans de vie. Les heures de liberté que lui laissent ses études se passent au patronage, en mille emplois obscurs qui allègent les épaules de son maître. Il devient aussi expert pour lui amener de nouveaux enfants. Parfois, don Bosco rédige des feuilles volantes pour instruire les âmes; il y passe de longues heures la nuit, corrigeant son texte, le surchargeant de notes et signes conventionnels. Le matin, il s'amuse à en faire passer une ou deux sous le regard épouvanté de ses petits étudiants qui n'arrivent pas à déchiffrer son écriture à peine lisible. «Voilà du travail pour Rua, s'exclame alors don Bosco». De fait, le soir, son travail scolaire achevé, Michel s'acharne sur les hiéroglyphes de son maître, et son écriture impeccable restitue parfaitement le texte.
Le 24 septembre 1853, don Bosco prend Michel chez lui, et le 3 octobre, il le revêt de la soutane avec un autre disciple, nommé Roccheti. Plusieurs compagnons viennent bientôt se joindre aux deux premiers. Le 26 janvier 1854, don Bosco les réunit dans sa chambre et leur propose une sorte de noviciat, après lequel ils pourront se lier par des voeux. Ils adoptent ce jour-là le nom de Salésiens, en souvenir de saint François de Sales qui avait l'art de convertir les âmes par la bonté et la persuasion. Ces premiers Salésiens sont au service des jeunes: journées épuisantes de patronage, cours du soir, classes, surveillances, répétitions de théâtre, de gymnastique ou de musique, récréations mouvementées, études solitaires, fréquentation des sacrements. Ils ont sous les yeux l'exemple lumineux de don Bosco: «Je profitais bien plus, affirmera plus tard Michel Rua, à observer don Bosco, même dans les plus humbles actions, qu'à lire et méditer un traité d'ascétisme».
Un an plus tard, Michel prononce en privé ses premiers voeux annuels. Ses activités se multiplient: il est nommé professeur d'arithmétique, surveillant d'études, surveillant au réfectoire, sur la cour, à la chapelle. Mêlé de près et constamment aux conversations des enfants, il est attentif à chacun, soucieux d'aider, d'encourager, de relever ces jeunes libertés en voie de formation. Il enseigne aussi la religion, et le soir, après le repas, don Bosco lui dicte une Histoire d'Italie destinée à remplacer dans les classes des manuels tendancieux. Le travail qu'il abat chaque jour ne l'empêche pas de suivre, de 1853 à 1860, les enseignements de philosophie puis de théologie au Grand Séminaire. Ses résumés de cours sont exacts et clairs. En 1858, don Rua accompagne don Bosco à Rome pour présenter au Pape Pie IX les Règles des Salésiens. Le 18 décembre 1859, la Congrégation Salésienne est officiellement fondée. Le Fondateur est reconnu comme Supérieur Général et don Michel Rua nommé directeur spirituel de la Société.

Contagion de sainteté

Le 28 juillet 1860, don Rua est ordonné prêtre. Don Bosco lui donne par écrit quelques avis: «Tu auras beaucoup à travailler et à souffrir. Il n'y a pas de roses sans épines, et tu n'ignores pas qu'il faut traverser la Mer Rouge et le désert pour atteindre la Terre Promise. Endure l'épreuve avec courage, même au milieu de tes peines, tu sentiras la consolation et l'aide du Seigneur. Pour accomplir ton oeuvre sur terre, écoute ces conseils: vie exemplaire, prudence consommée, persévérance dans la fatigue au service des âmes, pleine docilité aux inspirations d'En-Haut, guerre incessante à l'enfer, confiance inlassable en Dieu». Dès la rentrée d'octobre 1860, don Rua se voit confier la direction générale des classes. Les débuts de son administration se caractérisent par l'afflux des élèves, l'atmosphère surnaturelle où baignent les âmes, la contagion de sainteté qui s'empare de tous. Un témoin de ce temps-là écrira vingt-cinq ans plus tard: «Un grand nombre de nos compagnons n'étaient pas seulement bons, mais excellents, véritables modèles de piété, de travail, de douceur, de pénitence, exemples vivants et rayonnants. Jeunes gens qui, pour tout l'or du monde, n'auraient pas commis un seul péché mortel».
Ces résultats sont obtenus grâce à la fréquentation des sacrements. Pour don Bosco, la confession hebdomadaire, accomplie avec un sérieux ferme propos de ne plus pécher, prépare la bonne communion: «Le point culminant, si l'on veut obtenir la moralité, est, sans conteste, la fréquente confession et la fréquente communion, bien faites». Il affirme encore: «La communion fréquente est la grande colonne qui soutient le monde moral et matériel, afin qu'il ne sombre pas dans la ruine. Croyez-moi – je n'exagère pas –, la communion fréquente est une colonne sur laquelle repose un des pôles du monde; l'autre pôle repose sur la dévotion à la Sainte Vierge». Don Rua témoigne: «Notre saint Fondateur ne perdait jamais une occasion de recommander la fréquente communion; c'était la base de son système d'éducation. Ceux qui ne l'ont pas compris sont toujours obligés, en définitive, d'en venir à une rigoureuse coercition».
La multiplication du nombre des Salésiens permet à don Bosco de fonder un Petit Séminaire à Mirabello. Le 20 octobre 1863, don Rua en est nommé directeur. Parmi les précieux conseils que don Bosco lui donne, on remarque le souci d'éviter au tout jeune directeur de vingt-six ans l'écueil de l'activisme et du manque d'attention aux souffrances physiques ou morales de ceux dont il va avoir la charge. La chronique des Salésiens relatera: «Don Rua se conduit à Mirabello comme don Bosco ici. On le voit continuellement entouré d'élèves conquis par son amabilité ou par le désir de l'écouter parler sur mille sujets intéressants. Au début de l'année, il a recommandé à son personnel de ne pas se montrer exigeant à l'excès, de ne pas gronder les élèves à tout propos, de savoir fermer souvent les yeux. Après le repas de midi, on le voit toujours mêlé aux jeunes gens, jouant ou chantant avec eux».

Qu'ils sachent qu'ils sont aimés

Don Rua a assimilé la manière de faire de son Maître, dont le Pape Jean-Paul II écrira: «Du point de vue de la méthode, don Bosco propose «l'affection». Il s'agit d'une attitude quotidienne, qui n'est pas simple amour humain ni seulement charité surnaturelle... L'affection se traduit par l'engagement de l'éducateur en tant que personne totalement consacrée au bien des élèves, qui est présent au milieu d'eux, prêt à affronter sacrifices et difficultés dans l'accomplissement de sa mission. Tout cela demande une véritable disponibilité à l'égard des jeunes, une sympathie profonde, une capacité de dialoguer... Avec une heureuse intuition, don Bosco explique: ce qui importe, c'est que «les jeunes ne soient pas seulement aimés, mais qu'ils sachent qu'ils sont aimés»» (Lettre pour le centenaire de la mort du Saint, 31 janvier 1988).
Cependant, si dévouée que soit la troupe des éducateurs salésiens, elle n'est pas parfaite. Plus d'une erreur est commise; pourtant, les succès de la nouvelle fondation ne se font pas attendre. Bientôt, le Grand Séminaire du diocèse regorge de vocations provenant du Petit Séminaire. Don Rua en est conscient et une violente tentation d'amour-propre l'assaille. Il a beau l'écarter, elle revient sans cesse avec impétuosité. Finalement, il s'en ouvre à son Maître qui lui écrit: «Pour guérir ce mal d'orgueil, je te recommande la médecine de saint Bernard. Répète-toi souvent les fameuses interrogations: d'où viens-tu? Quelle est ta tâche ici-bas? Où dois-tu aboutir? Ce rappel des vérités essentielles bien médité, aujourd'hui comme hier, produira des Saints».
En 1865, don Rua doit quitter cette fondation, pour rejoindre à Turin don Bosco, tombé malade et accablé de travail. La grande maison du Valdocco, patronage sur lequel s'est greffé un internat, compte près de sept cents élèves et son esprit a fléchi. Avec un doigté remarquable, don Rua résorbe lentement les mauvaises habitudes et restaure une belle discipline dans l'établissement. Mais au mois de juillet 1868, l'activité incessante de don Rua a raison de ses forces: une péritonite foudroyante le cloue au lit. Les médecins ne lui donnent que quelques heures à vivre. Apercevant sur une table les Saintes Huiles pour l'administration de l'Extrême-Onction, don Bosco affirme: «Écoute bien, don Rua, même si on te jetait tel quel par la fenêtre, je t'assure que tu ne mourrais pas». De fait, à peu de jours de là, en dépit des pronostics de la science, le malade est hors de péril.

Soulager don Bosco

Après sa convalescence, don Rua reprend en charge la moitié, sinon plus, des soucis de don Bosco. En 1869, ce dernier lui confie la formation des novices. Mais cette charge supplémentaire, qu'il exercera six ans, ne le dispense pas de beaucoup d'autres. Il fait face à ses innombrables travaux grâce à son esprit aussi ordonné que méthodique, à la maîtrise de ses nerfs, à sa mémoire prodigieuse, à son acharnement au travail, à sa capacité à se faire aider, mais surtout parce qu'il aime don Bosco et veut le soulager. Il s'ingénie à faire de toute sa journée une prière continue. Ses oeuvres, ses soucis, ses fatigues de chaque jour, il veut les transformer en prière. Son action se déroule sous le regard de Dieu et de Marie.
Peu à peu cependant, le zèle de don Rua pour l'observance et la discipline finissent par lui aliéner les coeurs des enfants. Il se fait plus craindre qu'aimer. Un axiome court dans la maison: «Mieux vaut un «non» de don Bosco, qu'un «oui» de don Rua». Don Bosco lui ôte alors la responsabilité de Préfet de discipline et le prend totalement près de lui pour veiller aux intérêts généraux de la Congrégation et l'accompagner dans ses voyages en Europe. Tout est désormais commun entre eux, même parfois le charisme de faire des miracles. Un jour, en effet, une mère de famille éplorée amène à don Bosco son garçon, condamné par les médecins et qui semble n'avoir plus que quelques jours à vivre. Le Saint, débordé, demande à don Rua de donner lui-même la bénédiction de Notre-Dame Auxiliatrice au petit. Sur l'heure, l'enfant est guéri.
Mais, si intimes que soient les deux prêtres, chacun conserve sa personnalité. Dans la gestion des affaires, des discussions serrées les opposent parfois: don Bosco se montre tout concentré sur l'oeuvre du jour, audacieux au dernier point; don Rua, prévoyant, calculateur, réduisant le plus possible la marge de l'imprévu.
En 1884, l'état de santé de don Bosco donne de graves inquiétudes. Le Pape Léon XIII lui fait discrètement demander de pourvoir à sa succession. Le 24 septembre 1885, le fondateur nomme don Rua pour le remplacer. Hier, homme de la discipline à la sévérité extérieure proverbiale, le nouveau Supérieur se fait plus accueillant, sa voix prend des inflexions de douceur, un bon sourire éclaire sa figure. Le 31 janvier 1888, don Bosco rend son âme à Dieu. Don Rua écrit: «Notre âme ne peut se consoler qu'à la pensée que Dieu, infiniment bon, ne fait rien que de juste et de sage». Le soir de ce jour, quand tout le monde s'est retiré de la petite église où l'on a exposé le défunt assis dans un fauteuil, don Rua demeure deux heures en prière devant lui. Lorsqu'il se relève, son âme est remplie d'une force nouvelle pour assumer la rude tâche qui l'attend. Peu après, reçu en audience par Léon XIII, il lui dit: «J'entends encore don Bosco nous redire quelques heures avant sa mort: «Le Pape, le Pape, les Salésiens sont pour la défense de l'autorité du Pape, partout et toujours»». Dans son entretien, le Saint-Père conseille à don Rua de suspendre l'extension de la Congrégation pour affermir ce qui existe déjà. Durant deux ans, l'arrêt imposé permet la consolidation espérée et l'extinction des dettes les plus urgentes. Mais dès la fin de 1889, les fondations reprennent et se multiplient à travers le monde.

La finalité des patronages

Apôtre ardent de la dévotion au Sacré-Coeur de Jésus, don Rua écrit à ses fils: «Elle est tout ce qu'il y a de salésien, car c'est au Coeur Sacré de notre Maître que nous irons puiser, comme éducateurs, l'amour très pur de la jeunesse, la douceur et la mansuétude qui doivent accompagner nos paroles et nos actions, la patience dans les contrariétés et les tribulations inhérentes à notre tâche, l'esprit de sacrifice et le zèle des âmes». Dans ses circulaires aux Salésiens, don Rua recommande surtout les Patronages, insistant pour qu'ils conservent leur finalité première: «La musique, le théâtre, le sport sont des moyens, rien d'autre, écrit-il. Là où ils sont utiles, et rien que là, on peut s'en servir; mais toujours avec prudence, pour attirer la jeunesse et assurer sa persévérance. La fin, c'est l'enseignement de la religion et la formation des âmes». Pour la persévérance des jeunes qui sortent des internats salésiens, il promeut les associations d'anciens élèves. Enfin, il est attentif à entretenir un milieu favorable à l'éclosion et à la croissance des vocations qui germent dans les établissements de sa Congrégation, quelles qu'elles soient.
Son zèle pour la jeunesse le porte à des audaces qu'on ne lui connaissait pas. Pour financer ses oeuvres, il rappelle aux personnes qui sont dans l'abondance leur devoir d'aider les plus démunis et le bienfait spirituel et temporel de l'aumône. De 1889 à 1909, au printemps de chaque année, il part pour un voyage d'environ trois mois. Il parcourt ainsi plus de 100 000 km pour visiter chacune de ses communautés. Pourtant ces voyages lui coûtent beaucoup: il ne s'habitue pas aux traversées maritimes, ne supporte pas aisément les nuits en chemin de fer et s'adapte difficilement aux nourritures et usages des divers pays. Avec l'âge, les infirmités augmentent: ses jambes sont gonflées de varices ou criblées de plaies, ses paupières toujours enflammées et larmoyantes.
Ces années sont aussi marquées de lourdes souffrances. En 1895, un prêtre salésien est assassiné par un élève à moitié fou. Cinq mois après, Mgr Lasagna, un des grands espoirs de la Société salésienne, son secrétaire et quatre religieuses de Marie-Auxiliatrice, sont victimes d'un accident ferroviaire. Quatre ans plus tard, une inondation détruit, en Argentine, les réalisations matérielles de dix années de travail missionnaire. En France, à l'occasion de la loi dite des Associations (2 juin 1901), le gouvernement exige la fermeture et la vente des établissements salésiens. En 1907, un scandale de moeurs est monté de toutes pièces dans un collège et soulève une violente tempête contre les Salésiens dans toute l'Italie. Jamais don Rua ne s'est montré triste comme en ces jours. À certaines heures, on le surprend prenant sa tête entre ses mains, longuement abîmé dans ses réflexions et sa prière. N'y tenant plus, il fait le voeu d'accomplir un pèlerinage en Terre Sainte, si l'honneur de sa famille religieuse lui est pleinement rendu. Ayant été exaucé, il accomplit son voeu en 1908.
Le coeur très sensible de don Rua, qui suppliait, un jour: «Ne me communiquez jamais de mauvaises nouvelles le soir, je ne puis alors dormir de toute la nuit», connaît aussi, durant ces années, de grandes joies. Sa famille religieuse se multiplie prodigieusement: ayant reçu de don Bosco 700 religieux à diriger dans 64 maisons disséminées en 6 pays, il en laissera 4000 à son successeur, dans 341 maisons réparties dans 30 nations. Trois de ses fils sont choisis par le Pape comme évêques, dont deux pour les missions. Le 24 juillet 1907, don Bosco est déclaré Vénérable: c'est la première étape officielle vers la canonisation. Une des dernières grandes joies de don Rua est, à la fin de l'année 1908, l'achèvement de l'église dédiée à sainte Marie Libératrice, à Rome, que le Pape lui avait demandé de construire. Le peuple, désorienté par l'anticléricalisme alors au pouvoir, est raffermi dans la foi, et se presse dans le nouveau sanctuaire.

«Sauver son âme, c'est tout, c'est tout!»

À l'automne de 1909, don Rua, épuisé, doit s'aliter. En avril suivant, les douleurs deviennent si fortes qu'une plainte s'échappe de ses lèvres: «Pour mourir, faut-il encore souffrir plus que je ne fais?» Le 6 avril 1910, il murmure pour la dernière fois une oraison jaculatoire apprise de don Bosco aux jours de sa petite enfance: «Sainte Vierge, ma tendre Mère, faites que je sauve mon âme!» puis il ajoute: «Oui, sauver son âme, sauver son âme, c'est tout, c'est tout!» Vers 9 heures 30, sans plainte, sans mouvement, il rend son âme à Dieu.
Don Rua, béatifié par le Pape Paul VI, le 29 octobre 1972, est un des beaux fruits de sainteté suscités par don Bosco. «Dans l'Église et dans le monde, la vision éducatrice intégrale que nous voyons incarnée en Jean Bosco est une pédagogie réaliste de la sainteté, écrit le Pape Jean-Paul II. Il est urgent de retrouver la notion réelle de la sainteté comme composante de la vie de tout croyant». Le secret de don Bosco, le maître de la spiritualité de la jeunesse, «fut de ne pas décevoir les aspirations profondes des jeunes (besoin de vie, d'amour, d'expansion, de joie, de liberté, d'avenir), mais aussi de les conduire peu à peu et de manière réaliste à faire l'expérience que c'est seulement dans la «vie de grâce», c'est-à-dire dans l'amitié du Christ, que se réalisent pleinement les idéaux les plus authentiques» (31 janvier 1988).
Demandons au bienheureux don Rua de nous apprendre à vivre dans l'amitié du Christ à travers les actions les plus communes de notre vie quotidienne.
Dom Antoine Marie osb, abbé
Pour publier la lettre de l'Abbaye Saint-Joseph de Clairval dans une revue, journal, etc. ou pour la mettre sur un site internet ou une home page, une autorisation est nécessaire. Elle doit nous être demandée par email ou à travers http://www.clairval.com.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire