lundi 4 avril 2011

MARIE CRESCENCE HÖSS

Religieuse, Sainte
1682-1744

5 avril

Anna (Anne) Höss naît en 1682 dans la ville libre impériale de Kaufbeuren en Souabe (Sud-ouest de la Bavière). Dans cette ville les deux tiers des habitants sont protestants. Elle est la 7e de 8 enfants de Matthias Höss, modeste tisseur de laine, et de Lucie Hœrmann. Elle se distingue par son intelligence. Dotée d'une belle voix, elle chante dans une chorale comme soliste. Tous ces dons, elle les exerce non pour elle-même mais pour le Seigneur. Elle reprend l'activité paternelle mais sa plus grande aspiration est d'entrer chez les franciscaines de Mayerhoff à Kaufbeuren. Sa demande est plusieurs fois repoussée parce qu'elle ne peut fournir une dot suffisante. Pour finir, le maire de l'endroit, un luthérien, plaide en sa faveur et comme il est un insigne bienfaiteur de la Maison, la jeune fille est admise sans dot: elle a 21 ans.

Elle est d'abord tourière. Elle fait profession en 1704. Les souffrances ne lui seront pas épargnées dans sa vie religieuse, à cause des rivalités internes. Cette participation à la Passion fera mûrir en elle la vertu de patience. Elle devient maîtresse des novices. A ses sœurs elle recommande la lecture de l'Évangile et, comme Maître de vie religieuse, elle leur propose Jésus crucifié dont elle a fait le centre principal de sa propre dévotion. Beaucoup de gens viennent la voir ou lui écrivent. Elle les conseille avec sagesse et prudence et ils repartent consolés et fortifiés. Elle rappelle à tous qu'il y a quelqu'un dont nous avons besoin: le Saint Esprit! Elle est favorisée de visions qu'elle ne révèle que par obéissance. (A ce propos notons qu'elle sera condamnée à titre posthume en 1745 pour sa vision de l'Esprit Saint sous la forme d'un beau jeune homme. Mais il faut rappeler que c'était l'époque de l'après-quiétisme où régnait la méfiance à l'égard de tout courant mystique).

En 1741, elle est élue Supérieure. Dans cette fonction qu'elle occupe trois années jusqu'à sa mort, elle guide le monastère de façon admirable, tant au point de vue spirituel que matériel. Généreuse envers les pauvres, elle est maternelle envers ses sœurs. On peut dire qu'elle est la seconde fondatrice de la communauté de Mayerhoff. Les personnes se pressent devant la porte du couvent: des hommes et des femmes simples, mais également des princes et des impératrices, des prêtres et des religieux, des abbés et des évêques. Elle meurt un Dimanche de Pâques, le 5 avril 1744. Les fidèles accourent au monastère. Kaufbeuren devient ainsi un centre de pèlerinage célèbre en Europe. De nos jours encore, des personnes de différentes confessions viennent prier sur sa tombe et lui confient leurs préoccupations. Elle est considérée comme une sainte de l'œcuménisme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire