mercredi 13 avril 2011

HERMENEGILDE DE SEVILLE

Prince, Martyr, Saint
550-585

13 avril

Né vers 564, Herménégilde était un prince wisigoth, fils du roi Leovigilde et de l’hispano-romaine Théodosia.
Ses parents étant ariens, ils éduquèrent leurs fils — Herménégilde et Récarède — selon leur foi.
Toutefois, on sait qu’il fut un certain temps sous l’influence bénéfique de saint Léandre de Séville, parent proche de Théodosia, sa mère, ce qui explique, en partie, certes, que plus tard, Herménégilde ait épousé — alors qu’il n’état âge que de 15 ans — une catholique, la princesse franque-mérovingienne Ingonthe, fille du roi Sigebert I et de la reine Brunehilde.
Envoyé par son père gouverner la province Bétique, aussitôt après son mariage, Herménégilde y subit l’influence non seulement de son épouse Ingonthe, mais aussi celle de son oncle Léandre et il finit par abjurer l’arianisme et se convertir, ce qui ne fut pas du goût de son père, d’autant plus qu’il envisagea se tailler un royaume dans le sud de la péninsule ibérique (dans la Bétique) avec pour ville principale, Séville, haut-lieu de la foi catholique en Espagne.
Soutenu par sa femme, par l'Église catholique, par les Hispano-romains et par des Suèves catholiques en lutte contre les Wisigoths, il s'opposa à son père. Et le roi, décidé d'en finir avec son fils, le combattit violemment et réussit à vaincre ses troupes et à le capturer en 584.
Captif, Herménégilde fut envoyé à Tarragone. Pour les fêtes de Pâques 585, alors qu'Herménégilde se trouvait en prison, Léogivilde lui envoya un évêque arien, afin qu'il reçoive la communion de ses mains. Le roi offrit même de libérer Herménégilde et de le rétablir dans son ancienne position s'il acceptait cette communion arienne. Mais le saint prince rejeta l'évêque arien et lui reprocha son hérésie.
L'évêque arien rapporta les paroles d'Herménégilde au roi qui se mit aussitôt en colère et ordonna d'exécuter son fils. Dans un sous-sol d'un ancien palais romain d'Auguste, Herménégilde, le prince rebelle, subit le martyre et fut décapité le 13 avril 585.
Herménégild fut aussitôt considéré comme un saint martyr par l'Église catholique d'Espagne ainsi qu'en France et en Italie. Il fut canonisé par le pape Sixte Quint au XVIe siècle. À la suite de cette canonisation, le poète Luis de Gongora y Argote lui consacra une ode, alors que Francisco de Herrera, le Jeune, peignait l’un de ses plus beaux tableaux : “Le Triomphe d' Hermenegilde” (1654), qui trouve au Musée du Prado, à Madrid.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire