samedi 19 mars 2011

WULFRAN DE SENS

Archevêque, Patron d’Abbeville, Saint
ca. 640-ca. 720

20 mars

Wulfran était fils d'un officier qui servait dans les armées du roi Dagobert. Il passa quelques années à la cour, sous Clotaire III, et Ste Bathilde sa mère. Mais il n'échoua point contre les écueils où la vertu des courtisans fait si souvent naufrage; il sut allier les devoirs de son état avec la pratique des maximes de l'Évangile. Il avait une estime particulière pour les vrais serviteurs de Dieu, et surtout pour les religieux de Fontenelle ou de Saint-Vandrille, en Normandie, auxquels il donna sa terre de Maurilly.
Ayant été élevé sur le siège de Sens en 682, il se livra tout entier aux fonctions de l'épiscopat. Mais à peine eut-il gouverné son diocèse deux ans et demi, qu'il résolut de le quitter pour aller prêcher la foi dans la Frise, à l'exemple de plusieurs missionnaires anglais qui travaillaient de ce côté-là. Il fit, avant de partir, une retraite dans le monastère de Saint-Vandrille. Ses prédications dans la Frise eurent les plus heureux succès. Un grand nombre de personnes, parmi lesquelles on comptait le fils du roi Radbod, se convertirent et reçurent le baptême.
C'était la coutume des peuples dé la Frise d'immoler des hommes à leurs idoles. Ils choisissaient les victimes parla voie du sort; et ceux, qui avaient été désignés étaient ou pendus, ou noyés, ou mis en pièces. Un jour qu'on allait attacher à la potence un de ces malheureux, nommé Ovon, le saint se fit son intercesseur auprès du roi, et demanda instamment qu'on lui sauvât la vie. Le peuple accourut en foule et s'y opposa, sous prétexte que l'honneur de ses dieux y était intéressé. Tout ce qu'on put obtenir d'eux, fut que si le Dieu des Chrétiens pouvait sauver Ovon, celui-ci aurait la liberté de l'adorer et de suivre la volonté de son ministre. Il fut donc pendu, et resta deux heures à la potence, de sorte que tout le monde le croyait mort. Mais la corde ayant cassé parla vertu des prières de Wulfran, il tomba par terre, et se trouva plein de vie. Le saint, auquel on le donna, comme on en était convenu,: l'instruisit des vérités de la religion chrétienne. Ovon fut depuis moine et prêtre de Saint-Vandrille. Wulfran rendit aussi la vie à deux enfants qu'on avait jetés dans la mer en l'honneur des idoles du pays.
Radbod, qui avait été témoin oculaire du second miracle, promit d'embrasser le christianisme, et se fit instruire. Il entra même dans le baptistère pour être régénéré avec les autres catéchumènes. Mais il se rendit indigne de cette grâce par une question déplacée. Il demanda au saint où était le plus grand nombre de ses ancêtres : « L'enfer, répondit Wulfran, est le partage de tous » ceux qui sont morts dans l'idolâtrie. » A cette réponse, Radbod se retira sans vouloir être baptisé. Il invita depuis S. Wulfran à venir l'instruire conjointement avec S. (Willibrord; mais il mourut avant son arrivée. Ce fut ainsi qu'à force .de temporiser par une criminelle indolence, il alla paraître devant Dieu, sans avoir renoncé au culte superstitieux des idoles.
Notre saint se retira ensuite au monastère de Saint-Vandrille, où il mourut le 20 mars 720. Il se fit, en 1027, une translation solennelle de ses reliques dans l'église de Saint-Vandrille, ainsi que de celles de S. Erembert, évêque de Toulouse, de S. Condé, solitaire du pays de Caux, et des saints martyrs Maxime et Vénérand. S. Wulfrand est patron d'Abbeville, où ses reliques furent transférées au commencement du treizième siècle.
SOURCE : Alban Butler : Vie des Pères, Martyrs et autres principaux Saints… – Traduction : Jean-François Godescard.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire