samedi 19 mars 2011

SOPHRONE DE JERUSALEM

Évêque, Saint
† 639

11 mars

Saint Sophrone naquit à Damas et se rendit recommandable plus par sa piété que par ses connaissances. On ne dit rien de son enfance et de sa famille. On sait qu’il voyagea énormément, pour rencontrer d’autres moines, pour en recueillir les exemples.
Il rejoignit cependant un saint moine de Jérusalem, Moschus, avec lequel il se lia profondément d’amitié et voyagea beaucoup : Syrie, Arabie, Monts Sinaï et Raïthe…
A Alexandrie, le patriarche Jean l’Aumônier (fêté maintenant le 11 novembre) les retint quelque temps, apprécia beaucoup les dons de Sophrone et le chargea, plutôt que de voyager de par le monde, de combattre l’erreur acéphale ou jacobite.
C’est sur ces entrefaites que la Palestine fut envahie par les Perses, qui emportèrent le saint Bois de la Croix avec le patriarche Zacharie, et l’on craignit beaucoup de les voir déferler aussi en Egypte. Il n’en fut rien.
Mais à la mort de Jean l’Aumônier, Sophrone et son ami se remirent en marche : Chypre, Samos, Rome, et auraient bien pu continuer encore longtemps, visitant tous les grands monastères de l’Occident , mais Moschus mourut à Rome, et Sophrone revint sur ses pas. Il portait avec lui la dépouille de son ami, ainsi que l’ouvrage que ce dernier avait rédigé à Rome, le Pré spirituel, où il consignait les exemples extraordinaires de pénitence, de pauvreté, d’humilité qu’ils remarquèrent chez les moines.
Ayant donc d’abord reporté les restes de son ami au monastère Saint-Théodose de Jérusalem, Sophrone s’en vint à Alexandrie. Là, il se dépensa beaucoup pour combattre l’hérésie du monothélisme.
Les Perses ayant fait la paix, Sophrone put revenir à Jérusalem, où il fut choisi trois ans après pour être patriarche. Comme tel, il réunit un synode de tous les évêques de sa province où il maintint la doctrine orthodoxe et dont il envoya les actes au pape Honorius et au patriarche Sergius de Constantinople, qui avait toutefois déjà prévenu le pape contre Sophrone. Ce dernier prépara alors un ouvrage complet recueillant tous les témoignages de l’Ecriture et des Pères pour établir l’existence des deux volontés en Notre-Seigneur. Bien que cet ouvrage fondamental soit aujourd’hui perdu, il servit grandement à la condamnation définitive du monothélisme, lors du concile de Latran en 649.
Mais Sophrone ne devait pas voir ce Concile. Comme pasteur il poursuivit l’œuvre de son prédécesseur et veilla à rétablir la discipline et la liturgie ancienne, à réformer les mœurs, à veiller au maintien de la sainte doctrine.
En 636, il eut la douleur de voir Jérusalem retomber aux mains des Sarrasins et assista à de nouvelles calamités. Il s’exposa parfois jusqu’à la mort pour sauver son troupeau. Omar lui accordait la liberté de pratiquer la religion chrétienne, mais ne respecta pas vraiment ses engagements, poussant même le sacrilège à vouloir pénétrer dans le temple des juifs soi-disant pour y adorer le vrai Dieu, en réalité pour y proférer d’abominables blasphèmes. Sophrone déclara que c’était vraiment là l’abomination de la désolation.
Il tomba malade peu après et mourut le 11 mars 639.
On a de lui des discours et des sermons sur les fêtes, entre autre pour l’Exaltation de la Sainte Croix ; un Pénitentiel, les Actes de saint Cyr et saint Jean (31 janvier), une vie de sainte Marie l’Egyptienne. D’autres traités aussi, dont une partie n’existe qu’en traduction latine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire