lundi 21 mars 2011

NICOLAS OWEN

Frère jésuite, Martyr, Saint
(+ 1606)

22 mars
On connaît mal la première partie de sa vie, mais on croit qu'il est né à Oxford, en Angleterre vers 1550 dans une famille très catholique et a grandi pendant des lois scélérates.
Il devînt menuisier sans doute par nécessité, pour gagner son pain quotidien.
Pendant de nombreuses années, Owen travailla sous la direction du père jésuite Henry Garnet, qui le fit admettre dans la Compagnie de Jésus en qualité de frère, et ce fut probablement alors qu’il commença à construire dans les maisons des familles catholiques, des cachettes pour les prêtres catholiques persécutés.
Il voyagea souvent d'une maison à une autre, sous le nom de “Little John”, n'acceptant que le stricte nécessaire pour survivre, en paiement de ses services, avant le départ pour un nouveau projet. Pour minimiser le risque de trahison, il travaillait souvent la nuit, et toujours seul. Et, malgré sa petite taille, il réussissait à percer de grosses pierres, quand cela était nécessaire pour la cachette qu’il construisait.
Le nombre de cachettes qu'il construisit ne sera probablement jamais connu. Grâce à l'ingéniosité de son artisanat, certaines restent peut-être encore inconnues. Il ne s'écarta pas de l'Eglise romaine, même au moment où c'était une cause de mort.
Il fut arrêté une première fois en 1582 ou 1583, après l'exécution d'Edmund Campion, pour proclamer publiquement l'innocence de ce dernier, mais a été libéré plus tard. Il a été arrêté à nouveau en 1594, et a été torturé, mais n'a rien révélé. Il a été libéré après qu’une riche famille catholique ait payé une grosse somme pour sa libération.
Il reprit son travail, mais fut bientôt accusé d’avoir orchestré la fuite du père jésuite John Gerard de la Tour de Londres en 1597.
Début de 1606, Owen fut arrêté une dernière fois à Hindlip Hall dans le Worcestershire, se donnant volontairement dans l'espoir de détourner l'attention des enquêteurs sur certains prêtres qui se cachaient à proximité. Réalisant alors seulement la valeur de la prise qu'ils avaient faite, le secrétaire d'État, Robert Cecil exultait : « C'est incroyable, quelle fut la joie causée par son arrestation... connaissant le grand talent d'Owen dans la construction de cachettes, et le nombre incalculable de trous noirs qu’il avait construit pour cacher tant de prêtres à travers l'Angleterre ».
Enfermé dans une prison sur la rive sud de la Tamise, Owen fut transféré à la Tour de Londres. Il y fut soumis à de terribles « examens » sur la grille Topcliffe, où il fut suspendu par les deux poignets, alors que de lourds poids furent ajoutés à ses pieds.
Cette procédure fut pratiquée jusqu’à ce que “ses entrailles se soient répandues” et qu’il perde sa vie.
Il fut canonisé en 1970 avec trente-neuf autres martyrs anglais et gallois.
Alphonse Rocha
(d’après plusieurs documents)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire