samedi 19 mars 2011

JEAN SARKANDER

Prêtre, Martyr, Saint
1576-1620

17 mars

Saint-Jean Sarkander, saint-patron de la Moravie, fait partie, avec Sainte-Zdislava de Lemberk, des saints tchèques «les plus jeunes». Les célébrations de leur canonisation ont eu lieu en 1994 à Olomouc en la présence du pape Jean-Paul II. Les restes de Saint-Jean Sarkander sont déposés dans la cathédrale Saint-Venceslas d‘Olomouc.
La vie de Sarkander et sa mort en martyr doivent être perçues dans le contexte du premier quart du XVIIe siècle. C‘était une époque au cours de laquelle les intérêts de pouvoir et politiques et les intérêts religieux s‘entrelaçaient souvent de manière complexe et durant laquelle les troubles anti-Habsbourg provoqués par les nobles culminèrent avec le soulèvement de la Noblesse.
Saint-Jean Sarkander est né en 1576 à Skocov dans la région de Cesky Tesin. Il acquit les bases de son éducation scolaire à Pribor, puis partit étudier chez les jésuites à Olomouc, où il obtint en 1603 le titre de maître en philosophie. Après quelques semestres de théologie à Graz, il rentra en 1606 en Moravie et c‘est de cette même année qu‘est daté son contrat de mariage avec Anna Plachetska, fille d‘un bourgeois de Velke Mezirici. Etant donné que, dès l‘année suivante, Jan Sarkander reçut les ordres mineurs, la question reste de savoir s‘il se maria réellement ou si Anna décéda peu après le mariage.
En tant que prêtre, Jan Sarkander travailla dans le diocèse d‘Olomouc et devint curé à Holesov, dans le domaine de Ladislav Popel de Lobkovice. Sarkander devint le confesseur de Lobkovice. Ce seigneur catholique sera toutefois révoqué de son poste de gouverneur de province et emprisonné peur de temps. Dans l‘atmosphère troublée des désordres provoqués par la noblesse, Jan Sarkander décida de partir pour un certain temps d‘Holesov. Il profita d‘un voyage de l‘écuyer de Lobkovice à Cracovie et partit avec lui.
Puis Sarkander séjourna environ un mois à Czestochowa (Pologne). Il faut ajouter que ce séjour en Pologne se révélera être funeste pour lui dans la suite des événements. Au début du mois de février 1620, une section de la cavalerie légère du mercenaire polonais Lisowsky, engagé auprès du roi de Pologne par l‘envoyé impérial le comte Althan, marchait à travers la Moravie. Bien qu‘elle n‘ait que traversé le territoire morave, sa marche fut marquée par des pillages. La seule ville qui resta intacte fut justement Holesov, lieu d‘activité de Jan Sarkander.
Lorsque les cosaques se dirigèrent vers la ville, un groupe de citadins accompagnés d‘ostensoirs, vint à leur rencontre. Les cosaques s‘inclinèrent devant le Saint-Sacrement et passèrent leur chemin. Cet événement devint un prétexte pour la délivrance d‘un mandat d‘arrêt contre les prêtres catholiques d‘Holesov et pour accuser Jan Sarkander de connivence avec l‘ennemi. Sarkander s‘enfuit d‘Holesov, mais fut rattrapé après un certain temps et enfermé à Olomouc. Il fut accusé d‘avoir, en tant qu‘émissaire de Lobkovice, mis au point l‘incursion des cosaques en Moravie, lors de son voyage en Pologne. Jan Sarkander sera plusieurs fois auditionné et torturé. Ses juges voulaient connaître les intentions et secrets de Lobkovice et forcer Sarkander à violer le secret de la confession. Ce à quoi Jan Sarkander déclara ne rien savoir et que, même s‘il savait, il ne dévoilerait rien. Lors d‘un nouvel interrogatoire, il fut attaché sur un chevalet, soumis à des brûlures par des torches appliquées sur ses flancs, pour être finalement laissé à demi-mort. Il souffrira encore presque un mois en prison. Il mourut le 17 mars 1620 et fut inhumé dans l‘église de la Vierge de Predhradi, qui n‘existe plus aujourd'hui.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire