jeudi 10 février 2011

PEDRO DE JESUS MALDONADO

Prêtre, Martyr, Saint
1892-1937

11 février

Pedro de Jesus Maldonado est né à Sacramento, Chihuahua, le 8 juin 1892. À l’âge de 17 ans, il répond à l’appel de Dieu et entre au séminaire de Chihuahua en vue du sacerdoce. De santé fragile, il souffre des mauvaises conditions sanitaires prévalant à l’époque dans cette institution.
En 1918, il est envoyé à El Paso, au Texas, pour y recevoir le sacrement des ordres; l’évêque de Chihuahua était lui-même malade. Jesus Schuler, SJ, évêque de El Paso, a ordonné le père Maldonado le 25 janvier 1918 en la cathédrale St. Patrick. Le père Maldonado a célébré sa première messe dans la paroisse Sagrada Familia de Chihuahua le 11 février, jour de la fête de Notre-Dame de Lourdes.
Le 1er janvier 1924, il est nommé curé de la paroisse Santa Isabel, où il a servi jusqu’à sa mort en 1937. Le prêtre a suscité l’enthousiasme de ses paroissiens pour leur foi, durant son ministère. L’adoration au Saint Sacrement avait en effet alors augmenté, à Santa Isabel. Le père Maldonado avait aussi encouragé ses ouailles à plus d’amour et de dévotion envers la Vierge Marie.
La tension s'installe
En 1926, le gouvernement mexicain entame sa persécution à l’encontre de l’Église.
Le culte public est suspendu. Les églises, séminaires et écoles religieuses sont fermées. L’État de Chihuahua est en partie épargné des hostilités grâce aux mesures prudentes instituées par les autorités locales. Ce n’est pas avant 1931, et une nouvelle vague de persécution religieuse, que cet État a été lui aussi embrasé par la violence. Des prêtres ont été persécutés et exilés. Des responsables et des enseignants catholiques ont été forcés de signer des déclarations indiquant qu’ils renonçaient à leur foi. Toute démonstration publique visant à dénoncer l’action du gouvernement était interdite, elle aussi.
En 1934, le père Maldonado est arrêté et expulsé d’El Paso. Il a demandé à réintégrer sa paroisse le plus tôt possible. Il est revenu au Mexique en 1936 à Boquilla del Rio, une ville situé près de Santa Isabel. Il a résidé là-bas en compagnie d’une famille catholique qui avait transformé une partie de sa maison en lieu où célébrer la messe.
Le père Maldonado a célébré cette année-là la semaine sainte avec une solennité toute spéciale. Après avoir livré son sermon du vendredi saint, il est allé entendre en confession des paroissiens malades vivant en des secteurs dangereux de la région. À son retour à la maison, des hommes armés l’attendaient. Personne n’a attenté toutefois à sa vie.
 «Tu es un prêtre»
L’année suivante, lors du Mercredi des cendres, le père Maldonado entendait des gens en confession et distribuait les cendres lorsqu’un groupe d’hommes ivres et armés est parti à sa recherche à travers la ville. Bien que des fidèles tentent de le cacher, le père fut capturé. Ses ravisseurs la fait marcher pieds nus jusqu’au centre de la ville. Tout au long du trajet, le prisonnier a récité le rosaire à voix haute. Beaucoup de ses paroissiens ont marché et ont prié à ses côtés.
Lorsque le groupe est arrivé à l’hôtel de ville, un fonctionnaire municipal attrapa le père Maldonado par les cheveux et le frappa d’un coup de poing. Un leader politique a dégainé son pistolet et a visé le prêtre. Atteint au front, le père Maldonado s’est effondré, son crâne troué et l’œil gauche pratiquement sorti de son orbite.
Voyant qu’il vivait toujours, ses persécuteurs se sont acharnés. Ils l’ont frappé avec la crosse de leurs fusils et l’ont traîné jusqu’au deuxième étage du bâtiment, l’abandonnant, inconscient, dans la mare formée par son propre sang. Tout au long des attaques, le père Maldonado avait serré un petit reliquaire sur son cœur.
Il a été découvert par un groupe de femmes qui l’amenèrent à l’hôpital. Là, on lui a donné l’absolution, l’extrême-onction ainsi que la bénédiction. Le père Maldonado est mort le lendemain du Mercredi des cendres, le 11 février 1937. Son corps a été apporté à la demeure de l’évêque, où on l’a habillé de vêtements sacerdotaux.
Placée dans un humble cercueil, la dépouille fut transportée lors d’une procession funéraire le long de laquelle des milliers de catholiques scandèrent «Gloire au Christ-Roi» tout en récitant le rosaire. Tristesse et colère habitaient les gens après cette sauvage agression. Après l’enterrement, les fidèles se sont amassés autour de sa tombe et ont chanté des hymnes à la Vierge Marie. Sur sa pierre tombale, cette inscription: «Tu es un prêtre.»
Le père Maldonado est mort en martyr et son sacrifice n’a pas été vain. Le 26 avril 1937, le gouverneur de Chihuahua a signé en effet une requête autorisant la reprise du culte public dans son État. Le 1er mai, les cloches de la cathédrale ont sonné à nouveau, appelant les fidèles à la messe. Le jour du premier anniversaire de la mort du père Maldonado, le culte public avait repris partout dans l’État de Chihuahua. Le gouvernement venait de mettre un terme à toute persécution à l’encontre des catholiques de la région.
L’année suivante, lors du Mercredi des cendres, le père Maldonado entendait des gens en confession et distribuait les cendres lorsqu’un groupe d’hommes ivres et armés est parti à sa recherche à travers la ville. Bien que des fidèles tentent de le cacher, le père fut capturé. Ses ravisseurs la fait marcher pieds nus jusqu’au centre de la ville. Tout au long du trajet, le prisonnier a récité le rosaire à voix haute. Beaucoup de ses paroissiens ont marché et ont prié à ses côtés.
Lorsque le groupe est arrivé à l’hôtel de ville, un fonctionnaire municipal attrapa le père Maldonado par les cheveux et le frappa d’un coup de poing. Un leader politique a dégainé son pistolet et a visé le prêtre. Atteint au front, le père Maldonado s’est effondré, son crâne troué et l’œil gauche pratiquement sorti de son orbite.
Voyant qu’il vivait toujours, ses persécuteurs se sont acharnés. Ils l’ont frappé avec la crosse de leurs fusils et l’ont traîné jusqu’au deuxième étage du bâtiment, l’abandonnant, inconscient, dans la mare formée par son propre sang. Tout au long des attaques, le père Maldonado avait serré un petit reliquaire sur son cœur.
Il a été découvert par un groupe de femmes qui l’amenèrent à l’hôpital. Là, on lui a donné l’absolution, l’extrême-onction ainsi que la bénédiction. Le père Maldonado est mort le lendemain du Mercredi des cendres, le 11 février 1937. Son corps a été apporté à la demeure de l’évêque, où on l’a habillé de vêtements sacerdotaux.
Placée dans un humble cercueil, la dépouille fut transportée lors d’une procession funéraire le long de laquelle des milliers de catholiques scandèrent «Gloire au Christ-Roi» tout en récitant le rosaire. Tristesse et colère habitaient les gens après cette sauvage agression. Après l’enterrement, les fidèles se sont amassés autour de sa tombe et ont chanté des hymnes à la Vierge Marie. Sur sa pierre tombale, cette inscription: «Tu es un prêtre.»
Le père Maldonado est mort en martyr et son sacrifice n’a pas été vain. Le 26 avril 1937, le gouverneur de Chihuahua a signé en effet une requête autorisant la reprise du culte public dans son État. Le 1er mai, les cloches de la cathédrale ont sonné à nouveau, appelant les fidèles à la messe. Le jour du premier anniversaire de la mort du père Maldonado, le culte public avait repris partout dans l’État de Chihuahua. Le gouvernement venait de mettre un terme à toute persécution à l’encontre des catholiques de la région.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire