samedi 5 février 2011

PAUL DE REIMS

Évêque de Trois-Châteaux, Saint

IVe siècle

1er février

L'Ange au sourire de la Catédrale de Reims
Saint Paul est né à Reims, au milieu du IVe siècle. C’était l’époque des grands évêques. Saint Nicaise gouvernait alors l’Église de Reims ; saint Hilaire, de Poitiers, et saint Martin, de Tours, remplissait les Gaules de l’éclat de leur nom et du bruit de leurs miracles.
L’enfant grandit auprès de ses parents et apprit de bonne heure à connaître les grands exploits de ces hommes de Dieu. Lui aussi aimait les pauvres et il soulageait leurs misères « selon son petit pouvoir ».
Il avait formé dès lors le projet de se retirer dans le sanctuaire. Mais à peine arrivé à la fleur de sa jeunesse, il fut contraint par son père de s’engager dans les liens du mariage. Il épousa une jeune fille de qualité, pieuse comme lui, et, comme lui, désireuse de se consacrer à Dieu. D’un commun accord, ils vouèrent leur virginité au Seigneur et vécurent comme deux anges ensemble. Paul sembla avoir trouvé auprès de sa céleste compagne les joies de la contemplation qu’il avait voulu demander au cloître.
Mais la persécution ne tarda pas à venir troubler les saints dans leur bonheur.
En 362, les Barbares, établis au delà du Rhin depuis plus d’un siècle, passèrent le fleuve et, malgré les légions de Julien l’Apostat, alors à Lutèce, s’avancèrent jusque dans les pleines de la Champagne. Leur passage portait l’épouvante partout.
« Devant la cruauté de ces vautours, dit le bréviaire tricastin, nos deux jeunes colombes prirent la fuite » et vinrent chercher une solitude pour abriter leur innocence.
Conduits par la main de Dieu, Paul et sa pieuse compagne arrivent à Lyon, et s’embarquent sur le Rhône. Ils étaient attirés sans doute vers les rivages de la Provence, par l’exemple encore vivant de saint Eucher et de sainte Galla, sa femme, qui venaient, eux aussi, de quitter le monde pour vivre ensemble au désert.
Le bateau qui les portait les déposa aux portes d’Arles, la métropole des églises de la Narbonnaise. Les deux pèlerins cherchèrent en vain auprès de la ville une solitude pour s’y établir. L’importance commerciale et politique de la cité avait peuplé d’habitations les campagnes environnantes.
Paul et sa jeune femme s’avancèrent vers l’ouest sur les bords du Rhône et vinrent se fixer dans un lieu retiré appelé Macérius, au territoire de l’ancienne Glanum. C’était un municipe romain, célèbre par son arc de triomphe, et qui prit plus tard le nom de Saint-Remy, quand Clovis en eut fait donation à l’évêque de Reims.
Charles Cerf
- Les saints du diocèse de Reims

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire