mardi 18 janvier 2011

BÉATRICE D'ESTE

Princesse, Bienheureuse
1475-1497

Née à Ferrare le 29 juin 1475, cette italienne d’une extraordinaire beauté, était fille d’Herucle I d’Est (1431-1505), duc de Ferrare et d’autres lieux, et d’Éléonore de Naples (1450-1493), dont les parents n’étaient autres que Ferdinand I de Naples et Isabel de Claremont.
Elle avait une sœur, Isabelle (1474-1539), d’un an sa cadette ; elle aussi d’une grande beauté et qui épousa le marquis de Mantoue, François II.
Comme cela arrivait souvent en ces temps-là, elle fut fiancée à l’âge de cinq ans au duc de Bari, Ludovic Sforza (1452-1508), dit le Maure (il Moro), lequel fut d’abord régent puis duc de Milan. Leur mariage eut lieu le 18 septembre 1491.
En 1492, elle servit d’ambassadeur à son mari qui désirait être reconnu comme duc de Milan, mais cette mission ne fut pas couronnée de succès : Ludovic ne devint duc de Milan qu’après la mort de Jean Galéas — neveu de Ludovic —, survenue en 1494.
Ayant bénéficié d’une excellente éducation, Béatrice, grâce à son rang, sut ensuite s’entourer d’hommes instruits, voir même de grands savants. Dans sa “cour” passaient et repassaient des personnages qui avaient pour noms Niccolo da Correggio, Bernardo Castiglione, Donato di Angelo di Pascuccio dit Bramante, architecte et peintre de renom et, le grand Léonard de Vinci, ainsi que beaucoup d’autres.
Du couple naquirent deux enfants :
Hercule Maximilien appelé, Maximilien qui vit le jour en 1491, qui fut prince de Pavie et par la suite duc de Milan à deux reprises : 1512 à 1515 et ensuite de 1529 à 1530 ; Il décéda probablement  cette année-là.
François, l’autre fils du couple naquit en 1493. Il sera à son tour duc de Milan entre 1530 et 1535, année probable de sa mort.
La vie spirituelle de Béatrice était intense, malgré ses occupations et sa jeunesse. Elle était un modèle de pauvreté — même si cela peut paraître contraire à l’opulence de sa maison — et d’obéissance. Elle pardonnait volontiers les escapades de son mari et priait beaucoup pour lui.
Pour les bénédictines elle fonda le monastère de Saint-Antoine à Polesine.
Béatrice d’Est mourut le 2 janvier 1497, alors qu’elle était en couches. Elle n’avait alors que 21 ans et fut longtemps pleurée par son époux qui pourtant la trompait régulièrement.
Le peuple qui l’aimait sincèrement la vénéra aussitôt comme une sainte. Et cette vénération fut constante, le long des siècles, jusqu’à la reconnaissance par l’Église de ses vertus et finalement de son culte, en 1774.
Elle fut donc inscrite, à cette date, dans le martyrologe romain avec le titre de bienheureuse et sa fête fixée au 18 janvier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire